« Quand il y a un affrontement il y a toujours du risque » explique Frédéric Gallois ancien chef du GIGN